Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog du syndicat CGT de la MEL
  • : L'actualité du syndicat CGT de la MEL
  • Contact

Nos Journaux

    à voir ici !

 

Recherche

Vos élus en CAP & CTP

        elus ctp capv2

Archives

Votre carrière

votrecarriere

Merci à la CGT

Conseil General du Puy de Dome

Le coin des cadres

Catégories

Le FN, le pire ennemi des salariés

fn pire ennemi

Nous contacter :

Syndicat CGT-LMCU
Hotel de Communauté
59034 LILLE cedex

Tel: 0320212346

e-mail :
syndicat_cgt@lillemetropole.fr

Contacter l'administrateur

     mailcgt

9 mars 2017 4 09 /03 /mars /2017 13:44

 

 

Auchan : 600 emplois menacés

 

 

 

 

Lors du comité central d’entreprise du 2 mars 2017, le groupe Auchan a présenté la situation de l’entreprise et la nouvelle organisation de l’enseigne.

 

La CGT tient à sonner l’alarme en dénonçant la casse des personnels qui va en découler. Ce sont en fait 600 emplois qui sont menacés ! Un plan de sauvegarde de l’emploi (PSE) va être mis en place, comme pour mieux licencier, avertit la CGT Commerce et service.

 

 

 

 

 

Pourtant, l’enseigne Auchan a engrangé des aides publiques considérables : 14 millions d’euros grâce à la loi Fillon, 67 millions d’euros hérités du CICE, et 65 millions en 2015.

 

La CGT constate une fois de plus que les entreprises profitent de l’argent public non pas pour investir dans l’outil de travail et les embauches, mais au contraire pour détruire des emplois et faire baisser le prix du travail afin d’augmenter la rentabilité des capitaux et des profits. 

 


Auchan veut arborer une image nouvelle de marque unique mais ce sont encore les salariés qui paient la note, s’insurge la fédération commerce. Les élus CGT et la Fédération CGT Commerce et services mettront tout en œuvre pour empêcher cette nouvelle casse sociale !!

Partager cet article

Published by syndicat cgt Lmcu - dans Actu nationale
commenter cet article
8 mars 2017 3 08 /03 /mars /2017 10:22

 

 

8 Mars :

Journée internationale des droits des femmes

 

En 2017, nous voulons que cessent enfin les inégalités au travail, en termes de salaires, d’accès à l’emploi, de carrière, de temps de travail. Nous voulons l’égalité salariale et la revalorisation des salaires dans les métiers à prédominance féminine.

 

 

 

 

En 2017, nous voulons que soit garanti le droit d’accès à l’avortement, à la contraception dont la légitimité est sans cesse remise en cause. Nous voulons un égal accès à la santé et aux services publics garants d’une égalité de traitement pour toutes et tous.

 

 

En 2017, nous voulons que cessent les violences sexuelles et sexistes à l’encontre des femmes : au travail, dans l’espace public comme à la maison.

 

 

 

 

En 2017 nous voulons des politiques volontaristes contre les stéréotypes de genre : à l’école, dans les médias, dans la vie publique et privée.

 

 

En 2017 nous voulons le partage des tâches domestiques et des services publics de prise en charge de la petite enfance et des personnes âgées dépendantes.

Partager cet article

Published by syndicat cgt Lmcu - dans Actu nationale
commenter cet article
23 février 2017 4 23 /02 /février /2017 09:09

 

 

 

Ateliers « Unis contre l’Extrême droite », organisés à Courrières

 

 

 

 

Les Ateliers « Unis contre l’Extrême droite », organisés en intersyndicale par la CGT, la FSU, Solidaires, l’Unef et la FIDL, se tiendront au Centre culturel à Courrières, rue Aristide Briand, le 28 février 2017 de 9h00 à 17h00.

 

 

 

 

 

 

Visant à démontrer les dangers de l’extrême droite, cette journée se découpe en 3 ateliers :

 

 Atelier 1 : L’extrême droite employeur et acteur économique local


Après les municipales de 2014, l’extrême droite administre près d’une vingtaine de municipalités et gère plusieurs milliers d’agents territoriaux. Elle est également donneuse d’ordres au travers notamment de passations de marchés publics. Ces pratiques en tant qu’employeur et acteur de la vie économique locale permettent d’éclairer les conséquences de la mise en œuvre de ses propositions et conceptions politiques.

 

 

 

 Atelier 2 : Éducation – Jeunesse – Tissu associatif et culturel


La gestion des municipalités par l’extrême droite impacte les enfants et les jeunes : crédits alloués aux écoles primaires, subventions aux associations et centres sociaux, restauration et garderie scolaire, pressions sur les personnels communaux travaillant dans les écoles ou le périscolaire... Les décisions municipales ont des conséquences souvent importantes sur les conditions d’apprentissage des élèves et sur les conditions de travail des personnels.
La politique menée dans les municipalités gérées par des équipes d’extrême droite impacte particulièrement le tissu associatif. Qu’elles soient à vocation culturelle ou en direction de la jeunesse, les associations sont un défi pour l’extrême droite, qui révèle là un enjeu majeur de la réalité concrète de sa conception du « vivre ensemble ».

 

 

 

Atelier 3 : Comment le langage des organisations progressives est détourné


La reprise dans les discours oraux et écrits de termes, expressions présents dans des tracts syndicaux interpelle. Il y a une stratégie de déguiser le fonds de leur projet politique en le travestissant avec des reprises de constats, revendications portés par nos organisations. Se placer sur ce terrain leur permet de s’étendre à un électorat populaire déboussolé par une austérité violente et furieux de l’ampleur des dégâts sociaux.

 

 

 

 

Partager cet article

Published by syndicat cgt Lmcu - dans Actu nationale
commenter cet article
12 janvier 2017 4 12 /01 /janvier /2017 09:25
Goodyear, l’acharnement continue
 

 

La mobilisation des Goodyear visait en premier lieu à défendre l’emploi dans une région sinistrée industriellement. Le tribunal d’Amiens vient de rendre son verdict dans le procès en appel.

Une relaxe totale pour l’un des huit ex-salariés et des peines de prisons avec sursis jusqu’à 12 mois pour les sept autres, avec une mise à l’épreuve de cinq ans et l’inscription au casier judiciaire.
C’est totalement inacceptable que la justice s’acharne, alors même qu’il n’existe plus aucun plaignant, la direction de l’entreprise et les cadres ayant retiré leurs plaintes.
Comment donc, justifier cette décision, si ce n’est de vouloir éteindre toute forme de contestation des salariés face à des décisions d’entreprise iniques et injustes.


C’est une nouvelle atteinte contre la démocratie sociale et le droit dans notre pays.
Le combat pour la relaxe doit continuer, être syndiqué, défendre l’emploi, ne doit pas être un délit.
La CGT restera mobilisée contre toute atteinte aux libertés syndicales.
Montreuil, le 11 janvier 2017

Partager cet article

Published by syndicat cgt Lmcu - dans Actu nationale
commenter cet article
6 janvier 2017 5 06 /01 /janvier /2017 13:32

 

 

Philippe Martinez à Valls :

"Nous refusons de choisir entre le pire et le moins pire, nous voulons le meilleur"

 

 

Les "retrouvailles" glaciales entre Philippe Martinez et Valls en vidéo :

 

Partager cet article

Published by syndicat cgt Lmcu - dans Actu nationale
commenter cet article
29 novembre 2016 2 29 /11 /novembre /2016 10:49

 

 

 

Après les snipers VALLS et HOLLANDE, l'artillerie FILLON !

 

 

 

 

 

Voici le programme de François Fillon :

 

Temps de travail : Fin des 35 heures: "supprimer la durée légale du temps de travail" et laisser la place aux accords d’entreprise. Retour aux 39 heures dans la fonction publique... Ca vous tente?

 

 

Retraite : Report de l’âge légal de départ à la retraite à 65 ans. La réforme des retraites de 2003 c'était déjà lui et il entend aussi supprimer les régimes spéciaux afin d’unifier l’ensemble des régimes de retraite dans "un souci d’équité". Une retraite basée sur la moyenne des 20 meilleures années alors que vous avez actuellement une retraite calculée sur la valeur du dernier salaire, ça vous tente?

 

 

Code du travail : Refonte du Code du travail avec pour objectif "ne garder que les normes fondamentales", soit 200 pages – contre plus de 3 000 aujourd’hui. Bref adieu aux garanties collectives...ça vous tente?

 

 

Fonction publique : Suppression de 500000 emplois publics en cinq ans. Retour aux 39 heures... Plus d'attentes aux urgences médicales, moins de policiers, d'infirmiers, de pompiers, de profs, d'éducateurs, d'éboueurs d'égoutiers...çà vous tente?

 

 

 

 

Charges pour les entreprises : Après HOLLANDE qui a déjà été plus que généreux avec ceux qui possèdent déjà tout (et pour quel résultat?) il  promet aux patrons pas moins de 40 milliards d’euros de baisses de prélèvements et également une flat tax (un impôt à taux unique) de 30% sur les revenus du capital et la suppression de l’impôt sur la fortune (ISF), une hausse de la TVA de 2 points : ça vous tente?

 

 

Allocations chômage : Dégressivité des allocations chômage, plafonnement de ces indemnités et une durée d’indemnisation réduite. Pauvre et coupable, ça vous tente?

 

 

Notre société : Réécriture la loi pour supprimer le droit à l’adoption plénière pour les couples homosexuels. Le retour au moyen âge çà vous tente?

 

 

Et si on essayait d'imposer NOTRE programme à toutes ces marionnettes du monde de la finance? Le temps n'est-t-il pas venu d'imposer un VRAI partage des richesses?

Partager cet article

Published by syndicat cgt Lmcu - dans Actu nationale
commenter cet article
28 novembre 2016 1 28 /11 /novembre /2016 10:49

 

Augmenter les salaires, améliorer les conditions de travail, renforcer le statut

 

Le mardi 29 novembre,

MOBILISONS – NOUS 

 

 

Les organisations syndicales de fonctionnaires CGT, FAPT, FSU et Sud Solidaires considèrent que de nombreuses revendications restent sans réponse.

 

A savoir :

L’augmentation significative des salaires, les mesures de rattrapage des pertes accumulées depuis l’année 2010.

 

- La poursuite de la politique de transfert prime/points pour en finir avec les indemnités constituant des compléments de salaire, comme le RIFSEEP, instaurant l’inégalité de traitement entre les agents.

 

- La revalorisation des filières et des corps à prédominance féminine afin d’appliquer le principe : «un salaire égal pour un travail de valeur égale».

 

- L’amélioration des conditions de travail et de l’organisation du temps de travail qui pourrait être mis en cause dans les concertations faisant suite au rapport Laurent : aucun nouveau recul en la matière n’est acceptable.

 

- Le renforcement du Statut général des fonctionnaires, de leurs statuts particuliers.

 

- Le renforcement des garanties aux usagers d’un service public de pleine compétence et de proximité sur l’ensemble du territoire national, y compris en Outre-Mer.

 

- L’octroi des moyens budgétaires nécessaires à l’accomplissement des missions publiques dans les trois versants de la Fonction publique avec les créations d’emplois statutaires nécessaires, de nouvelles mesures visant à la résorption de toutes les formes de précarité, des crédits de fonctionnement et d’investissement à la hauteur des besoins.

 

 

En l’état actuel, les projets de lois de finances et de financement de la Sécurité sociale pour 2017 confirment l’orientation austéritaire de la politique du gouvernement : poursuite des suppressions d’emplois, de nouvelles et conséquentes amputations de crédits, au détriment de la qualité et du financement de l’action publique.

 

La CGT et les organisations syndicales FSU, Sud et FAPT s’adressent à Madame Annick GIRARDIN, Ministre de la Fonction Publique, afin d’exiger que des discussions sur ces revendications soient rouvertes.

 

 

La CGT MeL appelle l’ensemble des agents à rejoindre le rassemblement unitaire

 

prévu le mardi 29 novembre à midi, place de l’Opéra à Lille.

                                                                                                                 

Partager cet article

Published by syndicat cgt Lmcu - dans Actu nationale
commenter cet article
25 novembre 2016 5 25 /11 /novembre /2016 08:42

 

Philippe Martinez :

"  De Macron à la droite en passant par le Front national, ils sont tous pour accentuer les politiques d'austérité"

 

 

 

 

 

Le secrétaire général de la CGT Philippe Martinez a estimé mardi que les programmes économiques de François Fillon et d'Alain Juppé, candidats au second tour de la primaire de la droite suivaient "la même logique".


"C'est la continuité de ce qui existe déjà, mais de façon accélérée et donc ce n'est pas la solution pour sortir le pays de la crise", a déclaré Philippe Martinez à l'AFP, en marge du congrès de l'Union départementale CGT de la Marne qui rassemble environ 200 personnes à Epernay.


Les programmes économiques de François Fillon et d'Alain Juppé suivent "la même logique", celle qui défend "les intérêts financiers notamment des grands groupes", a jugé le secrétaire général.
"On va supprimer des infirmières, des médecins, des aides-soignantes alors qu'il y a déjà une souffrance énorme dans les hôpitaux? Supprimer des fonctionnaires: c'est ça la réalité", a-t-il encore affirmé.


Selon le leader syndical, les deux candidats présentent des "nuances" au plan économique mais défendent sur le fond "la même chose", sur les suppressions de postes dans la fonction publique comme sur le retour aux 39 heures.


La CGT milite pour "réduire le temps de travail", "donner des moyens au service public" et "augmenter les salaires", a rappelé M. Martinez, pour qui "de l'argent il y en a, il suffit de le mettre dans les bonnes poches."


"De Macron à la droite en passant par le Front national, ils sont tous pour accentuer les politiques d'austérité", a-t-il conclu, disant n'attendre "rien du tout" du scrutin de dimanche.

 

 

Partager cet article

Published by syndicat cgt Lmcu - dans Actu nationale
commenter cet article
22 novembre 2016 2 22 /11 /novembre /2016 10:10

 

Le réseau routier se dégrade, la sécurité routière recule

Ca suffit !

 

 

  

Dans un rapport intitulé « J’ai mal à ma route, quelles sont les routes les plus dégradées de France ? », l’association 40 millions d’automobilistes a recensé plus de 30 000 routes en très mauvais état. Elle dénonce la dégradation continue du réseau à cause notamment d’une baisse de 27% par an, depuis 2011, des crédits accordés pour l’entretien courant par l’État et les collectivités. Elle appelle les pouvoirs publics à « assumer leur part de responsabilité » dans la sécurité routière, sachant que 47% des accidents sont liés aux infrastructures. Elle réclame notamment une mission parlementaire sur l’état du réseau routier et l’urgence d’entretenir le patrimoine routier.

 

Ce rapport valide ce que la CGT ne cesse de dénoncer sur le terrain et auprès des instances ministérielles sur le manque de moyens octroyés au service public pour l’entretien du patrimoine routier de France.

 


Assurer un meilleur entretien préventif et curatif des routes nécessite des moyens financiers supplémentaires et des services renforcés chargés de l’entretien et de l’exploitation pour assurer leurs missions de service public.


Depuis de nombreuses années, le choix de favoriser l’externalisation des missions d’entretien aux entreprises privées du BTP n’a fait que diminuer la capacité opérationnelle des services d’entretien et engendrer des coûts bien plus importants !
En diminuant le budget du ministère des Transports ainsi que les dotations aux collectivités territoriales, les gouvernements successifs ont fait un choix politique de régression des moyens alloués à l’entretien du patrimoine routier.

 


Le scandale durera-t-il encore longtemps ?

 


• d’un côté, le réseau routier national concédé aux Sociétés Concessionnaires d’Autoroutes privées (SCA qui additionnent les cadeaux des plans de relance autoroutiers), entretenu grâce à la manne financière des péages. Ces SCA génèrent des dividendes exorbitants pour leurs actionnaires. Elles ne redistribuent qu’une infime partie de leurs profits vers l’entretien global du réseau routier et pour le développement d’autres modes de transports (fluvial, ferroviaire,…) moins émetteurs de gaz à effet de serre.
• de l’autre côté : un réseau routier national non concédé se dégradant rapidement et un réseau territorial (départements et communes) prenant le même chemin faute de moyens.

 

Le ministère du Budget vient d’annuler par un décret, un montant de crédit de 8.285M€ du budget général, dont 6.639M€ sur le programme « infrastructures et services de transports ».

 

Comment comprendre, dans ces conditions, que l’État renonce à ses engagements financiers alors que le Directeur Général des infrastructures du Ministère reconnait devant l’Assemblée Nationale ne plus avoir les moyens d’entretenir le patrimoine routier !?

 

 

Pourtant, le gouvernement s’entête à privatiser le bien public routier au nom de l’austérité budgétaire plutôt que de s’engager vers une renationalisation qui permettrait de retrouver une maîtrise totalement publique et de dégager des moyens financiers pour entretenir le patrimoine routier.


L’État doit cesser de brader le patrimoine et d’entraîner le service public vers la spirale du déclin. Ceci au mépris des agents publics qui vivent une dégradation importante de leurs conditions de travail (y compris au péril de leur vie) et de la sécurité des usagers de la route.

 


La solution existe ! Un véritable service public routier ! La CGT revendique une maîtrise publique du réseau routier. La route n’est pas une marchandise, c’est un service public qui doit répondre aux besoins de la population, au développement économique et à l’aménagement du territoire.

Partager cet article

Published by syndicat cgt Lmcu - dans Actu nationale
commenter cet article
26 octobre 2016 3 26 /10 /octobre /2016 09:15

 

 

La baisse artificielle du chômage et la montée réelle de la précarité

 

 

 

Globalement, le nombre de chômeurs, toutes catégories confondues A+B+C, augmente de + 0,8% sur trois mois et 0,9 % sur un an. Le total des catégories B + C est en augmentation constante (+ 1,4 % sur un mois, 4,2 % sur trois mois et + 6,1 % sur un an) pour atteindre presque 2 millions de personnes. Donc, c’est bien le travail précaire qui augmente et non le chômage qui baisse.

 

Certes, la catégorie A est à nouveau en baisse de 1,9 % sur un mois et 1 % sur trois mois mais c’est l’arbre qui cache la forêt. Ainsi, les chômeurs de plus de 50 ans sont toujours au plus mal : plus 0,8 %sur trois mois et plus 2,4 %sur un an. L’effet du report de l’âge du départ en retraite continue de peser sur les chômeurs de plus de 60 ans dont beaucoup connaissent des fins de droits au chômage bien avant le départ en retraite.

 

Le plan 500 000 formations supplémentaires fait son effet : on constate l’augmentation du nombre de chômeurs en catégorie D de 6,8% sur trois mois ! Ces chômeurs qui passent en catégorie D ne sont pas sortis du chômage mais sont simplement des chiffres qui servent de référence.

 

 

 

 

 

Selon Pôle emploi, le nombre de reprises d’emploi au cours du 2ème trimestre 2016 est en hausse de 3,6 % par rapport au 2ème trimestre 2015. Cette hausse est à mettre au crédit du travail saisonnier qui prend de plus en plus de place dans les embauches utilisées par le patronat. Par ailleurs, cette hausse est inégale en fonction des âges puisque, pour les moins de 25 ans, il s’agit d’une baisse de 0,9 %. Cette évolution confirme la tendance ascendante de l’utilisation des contrats saisonniers par les travailleurs de plus de 50 ans et les retraités. Leur exclusion du monde du travail pour les uns et leurs faibles moyens de subsistance pour les autres font que ce phénomène s’amplifiera encore dans la période à venir.

 

Les contrats courts sont toujours de mise, l’activité réduite touche 34,4 % des inscrits dans les catégories A.B.C., c’est ainsi que les contrats intérimaires augmentent de 5,3% en un an. Le recours aux contrats à durée déterminée s’intensifie.

 

La nécessité de mettre en place une sur-cotisation sur les contrats courts est de plus en plus d’actualité. Les négociations sur l’assurance chômage doivent reprendre au plus vite, sur cette base, à l’opposé de ce que propose le Medef.

Partager cet article

Published by syndicat cgt Lmcu - dans Actu nationale
commenter cet article