Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog du syndicat CGT de la MEL
  • : L'actualité du syndicat CGT de la MEL
  • Contact

Nos Journaux

    à voir ici !

 

Recherche

Vos élus en CAP & CTP

        elus ctp capv2

Archives

Votre carrière

votrecarriere

Merci à la CGT

Conseil General du Puy de Dome

Le coin des cadres

Catégories

Le FN, le pire ennemi des salariés

fn pire ennemi

Nous contacter :

Syndicat CGT-LMCU
Hotel de Communauté
59034 LILLE cedex

Tel: 0320212346

e-mail :
syndicat_cgt@lillemetropole.fr

Contacter l'administrateur

     mailcgt

24 mars 2016 4 24 /03 /mars /2016 11:33

 

 

La Belgique a été frappée mardi 22 mars par un acte barbare et meurtrier

 

 

 

 

Nous condamnons avec force le lâche attentat qui a fait 31 morts et des centaines de blessés à Bruxelles. La CGT et ses organisations sont en deuil avec le peuple belge.

 

Ces attentats frappent les populations dans de nombreux pays.
Bruxelles, Grand Bassam, Paris, Beyrouth, Ankara, Tunis... autant d’actes meurtriers qui nous appellent à réaffirmer et à faire vivre nos valeurs communes et demandent plus que jamais le renforcement de la solidarité internationale du monde du travail !

 

Contre le terrorisme, nous devons œuvrer tous ensemble pour la paix, la justice sociale et pour les libertés. Nous n’allons pas le suivre dans sa volonté de nous entraîner dans la xénophobie et le racisme. Certes, cette situation douloureuse interpelle la conscience de chacun des citoyens, mais c’est bien le combat pour la justice sociale qui fera reculer les guerres, le terrorisme, le fondamentalisme, l’obscurantisme et la régression.

 

 

Nous rejetons la stigmatisation et l’intolérance visant une partie de la population en raison de son origine, de son milieu social ou de sa religion et nous continuerons à combattre toutes les attitudes de ce type.

 

Pour la CGT, le renforcement de la sécurité et des libertés des citoyens est nécessaire sans pour autant confondre déploiement des forces de l’ordre et restriction des libertés individuelles et collectives.


C’est pourquoi, plus que jamais, la CGT appelle les salariés à refuser tous les reculs sociaux provocants l’exaspération, le repli sur soi et la haine de l’autre.

 

Nous exprimons notre solidarité aux blessé-e-s, aux familles des victimes, et à tous les travailleurs belges.

 

Partager cet article

Published by syndicat cgt Lmcu - dans International
commenter cet article
1 juillet 2015 3 01 /07 /juillet /2015 13:12
Grèce : qui a peur de la démocratie ?
 
 
mardi, 30 juin 2015

 

 

 

 

 

Le peuple Grec subit depuis janvier dernier, une pression et un chantage intolérables de la part des institutions européennes, des gouvernements de la zone Euro et du Fonds Monétaire International. Ces derniers refusent d’accepter le verdict des urnes et l’élection démocratique d’un nouveau gouvernement qui propose des alternatives crédibles aux politiques d’austérité imposées par le monde de la finance.

 

Depuis le mois de janvier, le nouveau premier ministre Alexis TSIPRAS remet en cause les plans d’austérité dont sont victimes des millions de citoyens grecs. Il propose des mesures économiques et sociales adossées à des réformes visant à une plus juste répartition des richesses dans le but d’œuvrer à une véritable justice sociale, à l’égalité des droits, à la transparence politique et fiscale, bref à la démocratie.


L’augmentation du salaire minimum, le rétablissement du treizième mois de pension de retraites, le renforcement des services publics, le développement de politiques en termes de logement et d’éducation font parties des mesures urgentes dont a besoin le peuple grec.

 

 

Cela doit d’abord passer par un moratoire sur le service de la dette, afin que les sommes conservées soient affectées au redressement de l’économie et que le remboursement de la dette n’empêche pas toute possibilité de redressement économique.


Cela doit aussi passer par la recapitalisation des banques, sans que les sommes ne soient comptabilisées dans la dette publique du pays.

 

Depuis plusieurs mois, une « négociation » est engagée entre le gouvernement grec et les institutions européennes pour trouver une issue à cette crise. Des compromis ont été acceptés, le calendrier des réformes revu. Mais en guise de conclusion, c’est un véritable diktat que proposent MERKEL, HOLLANDE et LAGARDE. Pour eux, une seule solution : la soumission aux exigences des banques !

 

En référer au peuple, quoi de plus normal ! C’est ce que propose le premier ministre grec en organisant un référendum le 5 juillet prochain.


Pourtant, une nouvelle fois, cet acte démocratique est contesté. Au mieux, ce serait au conseil européen de choisir la question qu’il faut poser aux grecs.

 

 

Derrière la pression exercée sur le peuple grec, c’est l’ensemble des citoyens d’Europe que l’on souhaite bâillonner. Le FMI et les dirigeants européens veulent faire de la Grèce, un exemple pour tous ceux qui souhaitent rompre avec cette logique austéritaire et faire entendre une autre voix.


C’est le principe même de la démocratie qui est remis en cause !

 

La CGT condamne ce chantage et apporte une nouvelle fois son soutien au peuple et aux salariés grecs. En Grèce comme en France, nous revendiquons une véritable démocratie sociale et politique qui donne la parole aux salariés dans les entreprises, aux citoyens dans leur pays.


C’est pourquoi, la CGT appelle les salariés à participer massivement au rassemblement organisé à Paris, place de la Bastille, jeudi 2 juillet à 18h30 ainsi qu’à toutes les manifestations organisées en France dans les prochains jours.

 

Montreuil, le 30 juin 2015

Partager cet article

Published by syndicat cgt Lmcu - dans International
commenter cet article
19 décembre 2014 5 19 /12 /décembre /2014 09:39

 

 

Cuba/États-Unis

Un pas positif

       

 

bloqueo-cuba.jpg

 

 

Depuis plus d’un demi-siècle des politiques agressives ont été mises en place par Washington pour mettre à bas l’indépendance du peuple cubain issue de la révolution.

 

L’annonce, hier, de la reprise des relations diplomatiques entre les deux pays est un pas franchi, tout comme la libération de trois des cinq cubains qui croupissaient dans les geôles des États-Unis.

 

La CGT était engagée pleinement dans la bataille pour leur libération. Thierry LEPAON, son secrétaire général, l’avait réaffirmé à nos camarades de la centrale des travailleurs de Cuba (CTC) et leur secrétaire général lors de leur venue au siège de notre organisation, en juin dernier. Il le réaffirma aussi lors d’une rencontre, en septembre, avec l’ambassadeur de Cuba en France et René GONZALES (l’un des cinq déjà libérés).

 

VolveranCubanFive.jpg

 

La CGT salue donc ces annonces et cette étape franchie qui est une première victoire du peuple cubain dans sa résistance à l’impérialisme américain. D’autres seront nécessaires pour mettre fin une fois pour toute au blocus inhumain imposé depuis 54 ans au peuple cubain et qui pèse lourdement sur le développement de l’Ile.

 

La levée totale de l’embargo illégal et illégitime, condamné à maintes reprises à la quasi-unanimité des Nations unies, est aujourd’hui une exigence absolue.

 

cienfuegos-che.jpg

  

La CGT et ses organisations, fortement investies dans ce combat pour la liberté, continueront de s’y employer !

 

Montreuil, le 18 décembre 2014

Partager cet article

Published by syndicat cgt Lmcu - dans International
commenter cet article
9 décembre 2013 1 09 /12 /décembre /2013 08:20

Disparition de Nelson Mandela

La CGT salue l’homme d’exception

 

mandela 

 

« La mort est quelque chose d’inévitable. Mais quand une personne a accompli ce qu’elle considère de l’ordre du devoir pour son pays et ses citoyens, elle peut mourir en paix. Je crois que j’ai fais cet effort et c’est pour cela que je dormirai pour l’éternité ». Ces mots sont de Nelson Mandela lui-même évoquant sa propre mort.

 

Le père de la Nation Arc en ciel vient de s’éteindre et c’est, dans le monde entier un juste concert d’hommages qui s’étend pour saluer la mémoire et l’empreinte de celui que son peuple appelait affectueusement Madiba.

 

Nelson Rolihlahla Mandela était né en 1918 à Mvezo dans la province du Cap. Révolté par la domination de la minorité blanche et la ségrégation raciale portée par le régime d’apartheid, il entre à l’ANC (Congrès National Africain) en 1944. Devenu avocat, il participe à la lutte non violente contre les lois de l’apartheid à partir de 1948. L’ANC est interdit en 1960 et la lutte pacifique ne donnant pas de résultats tangibles, Mandela fonde et dirige sa branche militaire qui se lance dans une campagne de sabotages. Le 12 juillet 1963, il est arrêté par la police sud africaine sur dénonciation de la CIA. S’ensuivra le procès de Rivonia où il est condamné aux travaux forcés à perpétuité et enfermé au bagne de Robben Island. Il y restera 27 ans !

 

Après le soulèvement du Township de Soweto en 1976, au début des années 80 s’engage en France et dans le monde, une vaste campagne pour mettre fin au régime raciste d’Afrique du Sud et pour la libération de Mandela.

 

pauvrete-mandela

 

La CGT, dès le début, sera de ces combats. Nombreux sont celles et ceux, adhérent-e-s de la CGT, a avoir investi cette bataille, à l’époque où seuls 2% des Français-e-s connaissaient l’existence même de Nelson Mandela. Des années de combat et de solidarité internationale qui déboucheront sur sa libération le 11 février 1990.

 

Il poursuit alors son combat pour une Afrique du Sud multiraciale et démocratique, débarrassée des lois de l’apartheid. Pour cela, Il reçoit avec le président Frederik de Klerk le prix Nobel de la paix en 1993 et obtient dans la foulée l’organisation des premières élections libres en Afrique du Sud.

 

Elles ont lieu en 1994 et le 9 mai, il devient le premier président noir d’Afrique du sud, fonction qu’il occupera jusqu’en 1999. Depuis, il a marqué le monde de son empreinte, de sa sagesse et de son combat perpétuel pour la paix.

 

C’est un homme d’exception qui vient de s’éteindre. Un combattant fidèle à ses idéaux, une conscience pour l’humanité à l’image de cette citation qu’il nous lègue. « Être libre ce n’est pas seulement se débarrasser de ses chaines ; c’est vivre d’une façon qui respecte et renforce la liberté des autres ».

 

Madiba, la CGT fidèle aux combats pour votre libération et pour une Afrique du Sud non raciale et démocratique, poursuivra son action contre toutes les discriminations, le progrès social en France et dans le monde.

 

Reposez en paix !

Partager cet article

Published by syndicat cgt Lmcu - dans International
commenter cet article
19 septembre 2012 3 19 /09 /septembre /2012 15:24

 

LISBONNE : 100 000 MANIFESTANTS 

MADRID : VAGUE HUMAINE DE PLUS D’1 MILLION DE MANIFESTANTS

 

L’AUSTERITE NE

PASSE PLUS !

 

PORTUGALsept12.JPG

 

MOT D’ORDRE AU PORTUGAL :

Le FMI C’EST FAIM ET MISERE, DEGAGE.

 

Ce slogan était directement destiné au Gouvernement de droite de PASSOS COELHO qui, avec la BCE, impose des mesures d’austérité à LISBONNE et qui maintenant envisage de porter de 11 à 18% les cotisations sociales sur les salaires.

……. Et à MADRID un million d’Espagnols ont manifesté pour exiger un référendum sur les réformes menées par le gouvernement de droite là aussi de M.RAJOY.

 

madridsept12.jpg

 

+La situation devient intenable pour les travailleurs européens, de partout la contestation s’organise et exprime un refus net des mesures antisociales prônées par les gouvernements néo-libéraux.

L’Espagne, avec un taux de chômage qui atteint désormais 24% se prépare à faire face à de nouvelles mesures qui vont aggraver encore cette situation.

Les conservateurs, au pouvoir doivent annoncer une nouvelle série de réforme le 27 septembre : après le plan d’austérité de 65 milliards d’euros, il est prévu de faire passer la TVA de 18 à 21%, de supprimer les allocations chômage à partir du 6eme mois et de réduire les pensions remettant en cause son engagement pris, il est vrai avant les élections……

Un appel à la grève générale est envisagé par les syndicalistes espagnols.  

Partager cet article

Published by syndicat cgt Lmcu - dans International
commenter cet article
9 août 2011 2 09 /08 /août /2011 10:25

 

Economie

Il faut en finir avec la dictature des marchés financiers

 

krach1.jpg



Les marchés financiers sont de nouveau secoués. Cette fois-ci la cause en est la dégradation de la note par l’agence de notation Standard & Poor’s des obligations émises par l’Etat américain.

 

Après les mêmes pratiques récentes sur des Etats européens, une agence de notation se permet de risquer de fortes secousses avec des conséquences qui peuvent être lourdes sur l’économie réelle, la croissance, l’emploi, les salaires …

 

Une fois de plus, des officines privées se permettent de juger et de tenter de changer, par pressions des marchés financiers, la politique économique de pays (dont aujourd’hui celle des Etats-Unis, première économie mondiale) vers toujours plus d’austérité. Elles s’arrogent un rôle qui doit être celui des Etats sous contrôle démocratique de leurs citoyens. Pour le moment tétanisés par leur incapacité à réguler la finance, les Etats s’y soumettent, au lieu de s’appuyer sur les exigences des peuples.

 

krach3.jpg

 

Ce nouvel épisode met en évidence le bien-fondé d’une exigence forte qui prend partout dans le monde : il faut mettre fin à la dictature des marchés financiers pour dynamiser l’économie, créer des emplois stables, augmenter les salaires et soutenir l’investissement productif.

 

Valérie Pécresse, ministre du Budget, annonce : « La France sera au rendez-vous de la réduction de son déficit cette année et l’année prochaine ». De tels propos, visant à donner des gages aux marchés financiers, témoignent du fait que nos responsables politiques ne veulent pas admettre que les politiques de sauvetage des marchés financiers, mises en place depuis trois ans, sont contre-productives et en opposition à l’intérêt général.

 

Les programmes d’austérité exigés par les marchés financiers conduisent à la hausse du chômage et de la précarité, pèsent sur les salaires, les pensions et les minima sociaux, donc sur le pouvoir d’achat, et affaiblissent le potentiel de croissance économique.

 

On ne peut pas sortir de cette crise en donnant encore et toujours plus de gages aux marchés financiers : les « plans de sauvetage » se multiplient et à chaque fois la somme d’argent nécessaire pour sauver les financiers augmente. Cet argent aurait pu, et doit, être mobilisé au service de l’emploi et de l’investissement productif.

 

Pour sortir de cette crise, il faut remonter à la source : il faut revaloriser le travail.

Il faut créer des emplois qualifiés et stables, augmenter les salaires, dynamiser l’investissement productif.

 

Il faut mettre fin aux programmes d’austérité. Au lieu de réduire les moyens des services publics et geler les traitements dans la fonction publique, ce que fait le gouvernement, il faut augmenter les dépenses utiles comme celles de l’éducation, de la santé et des infrastructures.

 

Il faut en revanche supprimer les niches fiscales et sociales inutiles, augmenter l’impôt sur les hauts revenus et taxer les transactions financières.

 

08-10-13-eurogroupe.jpg

 

Il faut, enfin, stopper les capacités de manœuvre et de nuisances de la sphère financière et spéculative au profit d’une capacité de décisions de l’économie réelle sous contrôle démocratique.

 

La CGT porte ces exigences et appelle à porter d’autres choix pour une autre répartition des richesses par la mobilisation des salariés, retraités et privés d’emploi notamment par une journée d’action interprofessionnelle à la rentrée.

 

 

Montreuil, le 8 août 2011

Partager cet article

Published by syndicat cgt Lmcu - dans International
commenter cet article
16 juin 2011 4 16 /06 /juin /2011 13:56

tract21juin2011.jpg

Partager cet article

Published by syndicat cgt Lmcu - dans International
commenter cet article
30 mars 2011 3 30 /03 /mars /2011 10:09

Les syndicats français et allemands dénoncent ensemble “le pacte de compétitivité Merkel-Sarkozy”

 

 

pactemerksarko.jpg

 

Les syndicats français et le DGB - la fédération des syndicats allemands - ont lancé ensemble, mardi 22 mars à Paris, la fronde contre le pacte pour l’euro impulsé par la chancelière allemande Angela Merkel et le président français Nicolas Sarkozy, pacte qui doit être adopté au conseil des chefs d’Etat et de gouvernement européens des jeudi 24 et vendredi 25 mars à Bruxelles, en contrepartie du renforcement du fonds de soutien aux pays en difficulté.

 

“Nous, les syndicats allemands et français, nous refusons ensemble le pacte fatal et asocial que nos deux gouvernements veulent mettre en place. Je me réjouis du fait que l’axe franco-allemand ne fonctionne pas uniquement au niveau des chefs d’Etat ou au niveau des ministres des finances, mais que nous [les syndicats allemands et français] nous travaillons la main dans la main sur notre chantier commun destiné à rendre l’Europe plus sociale”, a déclaré, mardi 22 mars, lors d’une conférence de presse commune Annelie Buntenbach, membre du comité de direction du DGB, tandis que le secrétaire général de la CGT Bernard Thibault dénonçait “ce qu’il faut bien appeler une agression sociale caractérisée”.

 

Madame Merkel et Monsieur Sarkozy ont attaqué de front les droits des salariés en Europe avec leurs propositions en faveur d’un “pacte pour la compétitivité”. Ce pacte est une attaque contre nous tous. Ce pacte n’est pas une nouvelle déclaration d’amitié franco-allemande, mais une déclaration de guerre néo-libérale qui va creuser encore les écarts au sein de notre société”, a ajouté Mme Buntenbach. “L’Europe n’est pas malade du fait des droits sociaux. Par contre, elle sera de plus en plus contestée si elle sert de levier pour mettre en concurrence les travailleurs européens sur le moins disant social”, a assuré M. Thibault.

 

Les syndicats français - la CFDT, la CGT, FO, l’UNSA et la CFTC - auxquels se sont associés la FSU et Solidaires, et le DGB ont adopté une déclaration commune dans laquelle ils réclament “un changement d’orientation politique pour une Europe juste et équitable”. Ils se prononcent “contre une gouvernance économique basée sur une conception limitée de la compétitivité fondée sur la stagnation, voire la réduction des salaires et sur des marchés de travail flexibles et dérégulés”. “Une gouvernance économique ne peut pas reposer sur les seuls objectifs d’équilibre budgétaire. L’Europe a besoin de favoriser en même temps le développement économique et social”, ajoutent-ils.

 

La question du pacte “ne fait que commencer. On est dans un processus long”, a fait remarquer le secrétaire général adjoint de la CFDT, Marcel Grignard, en évoquant les manifestations prévues le 24 mars à Berlin et à Bruxelles, le 26 à Londres et le 9 avril à Budapest à l’appel de la confédération européenne des syndicats (CES), dont le prochain congrès se tient à Athènes en mai. Ce sera celui du départ pour John Monks, secrétaire général de la CES depuis 2003 et ancien “patron” des TUC britanniques.

 

pactemerksarko2.jpg

Partager cet article

Published by syndicat cgt Lmcu - dans International
commenter cet article
21 mars 2011 1 21 /03 /mars /2011 09:36

urgencejapon.jpg

 

La CGT et L’Avenir social lancent un appel urgent à la solidarité des organisations de la CGT, de leurs adhérents, des salariés envers le peuple japonais, victime d’un terrible tremblement de terre suivi d’un tsunami entrainant un accident nucléaire majeur.

 

Les pertes en vies humaines et la destruction d’infrastructures et d’activités économiques ont déjà des conséquences dramatiques pour ce pays.

Face à cette tragédie, le peuple japonais a besoin d’une solidarité à la hauteur des besoins immédiats.

 

L’Avenir Social et la CGT, organiseront la redistribution des fonds collectés en fonction des besoins définis et en coopération avec les organisations syndicales japonaises. 

 

Nous comptons sur une réaction rapide et massive à cet appel à la solidarité.

Adressez vos dons par chèque à l’ordre de :

« L’Avenir social – solidarité Japon »

263, rue de Paris – case 419 93514 Montreuil CEDEX

75% de votre don sont déductibles des impôts, un reçu vous sera adressé.

http://www.avenirsocial.org/

 

Partager cet article

Published by syndicat cgt Lmcu - dans International
commenter cet article
28 février 2011 1 28 /02 /février /2011 13:44

   Déclaration de la CGT-Paris

 

 

QUE TOMBENT LES DICTATURES POUR QUE S’OUVRE L’ERE DU PROGRES ET DE LA DEMOCRATIE

 

Depuis des décennies, sous la férule d’un pouvoir autoritaire, le peuple libyen, à l’instar d’autres peuples d’Afrique du nord et de la région, se soulève.

 

lybi1

 

L’Union départementale CGT de Paris s’indigne et condamne avec la plus grande fermeté la répression sanglante dont ce peuple est la cible, répression qui est déjà la cause de plusieurs centaines de morts et de blessési signant l’incapacité de ce régime népotique à s’engager sur la voie de la démocratie par une résolution pacifique des problèmes.

 

Alors que les travailleurs de la production pétrolière, à Nafoura, au sud de la Libye, ont arrêté le travail par solidarité et que des manifestations de soutien au peuple libyen se sont déroulées en Egypte et en Tunisie, la CGT de Paris assure de son appui les femmes et les hommes de ce pays, ainsi que toutes celles et tous ceux qui luttent au prix de leur vie pour la reconnaissance de leur dignité et pour l’avènement d’une nouvelle société.

 

Elle dénonce la condamnation timorée du gouvernement français qui, depuis le début de la mobilisation de ces peuples pour la démocratie et des changements sociaux, se déshonore par son attitude compatissante envers ces régimes corrompus. Ceux-ci ne satisfont que les intérêts financiers et mercantiles d’une poignée de privilégiés. En témoigne l’affolement des marchés financiers uniquement préoccupés des cours de la bourse, alors que les travailleurs de ces pays s’élèvent contre le chômage, la pauvreté, les inégalités, la corruption et la répression des droits humains fondamentaux.

 

Si les atteintes aux libertés gravissimes et meurtrières envers le peuple libyen et ses voisins ne peuvent être comparées avec celles que nous connaissons en France, soulignons néanmoins qu’en ce vingt et unième siècle, dans notre propre pays, la mise en place d’une société de plus en plus « surveillée » s’accélère conjointement avec la régression sociale et la multiplication des entraves au droit syndical et d’expression.

 

La lutte pour la démocratie et le progrès social doit s’écrire par tous les citoyens du monde. Les libertés syndicales sont indissociables de cette démocratie.

 

L’Union départementale CGT de Paris condamne la répression dont sont victimes les journalistes, répression anéantissant la liberté de la presse.

 

Elle s’associe à l’appel de la Confédération syndicale internationale et appelle à son tour chacun de ses syndicats et de ses syndiqués à s’inscrire dans ce combat, à exprimer sa solidarité avec les peuples victimes de l’oppression et à exiger un engagement clair de la France et de toute la communauté internationale contre les dictatures et les tueries dont elles sont les auteurs.

kadaf1

Partager cet article

Published by syndicat cgt Lmcu - dans International
commenter cet article